10/07/21

Tandis que je travaille sur mon cinquième livre, qui prendra la forme d’un roman initiatique, mon éditeur L’Alchimiste, va publier mon dernier roman sous le titre suivant :

Happycratie

le Bonheur des autres ne fait pas le nôtre

Le travail autour de la couverture est en cours ! Sortie prévue en avril 2022.

L’Europe est devenue une véritable dictature du Bonheur : à leurs 18 ans, les citoyens sont équipés d’une micro-puce qui mesure et transmet au gouvernement leur Taux Individuel de Bonheur (le T.I.B.). Un club secret, les Briseurs de rêves, fait de la résistance, mais Guérin Talleyrand, le nouveau Ministre du Bonheur, et sa pétillante conseillère Florentine Palovska vont tout faire pour les broyer…

11/04/21

En attendant des réponses d’éditeurs pour mon quatrième roman, « Le Bonheur des autres ne fait pas le nôtre », j’ai envie d’aiguiser ma plume en écrivant des nouvelles (voir la page « ressources pour écrivains en herbe » : quitte à donner des conseils, autant les appliquer !).

J’ai sélectionné ceux qui m’intéressaient puis élaboré un tableau récapitulant leurs caractéristiques :

Récapitulatif des concours de nouvelles

Pour tout avoir sous les yeux : l'organisateur, le thème, les contraintes formelles et stylistiques, le montant de la participation, le prix à gagner, les modalités d'envoi, et la date du résultat.
OrganisateurThèmeContrainte(s)Montant de la participationPrixModalités d'envoiDate du résultat
La ville de Soorts Hossegor"J'ai toujours cultivé le bonheur"entre 13 500 et
15 000 signes espaces incluses
0€500€ + publication dans le magazine "Côté Landes"Par email avant le 26/04/21Remise du prix les 2,3,4 juillet
Thomas Poussard, auteur du site "auclairdeplume.com"Le bonheur10 000 signes maximum espaces incluses10€300€Par email avant le 30/04/21Août
Association "Lire à Plobannalec-Lesconil"Incipit : "Elle avait eu maintes fois l'occasion d'être appelée pour des soins urgents au 32, avenue du manoir, 5e étage, porte gauche. Mais ce matin-là, fatiguée par une nuit d'insomnie, elle s'arrêta au 4e étage, et frappa porte gauche. A peine s'était-elle aperçue de son erreur, qu'une voix résonna dans la pièce du fond : Enfin ! Je vous attendais."Entre 3 et 10 pages0€?Par email avant le 01/05/21Juin/juillet
Association "Passion nouvelle"LibrePas plus de 6 pages en police 1210€Premier prix : 500€
Second prix : 150€
Par courrier postal avant le 01/05/21Fin juin
Prix Gérard de Nerval de la nouvelle 2021"Jeu, set et match au Touquet"15 000 signes maximum espaces comprises10€1000€ + publication dans un recueil aux Éditions ArthémusePar email avant le 31/05/21Automne
Association LEVE, à LandaisBienveillances (attention : ce pluriel a son importance)16 000 mots maximum
De 1 à 4 page(s)
0€Bons d'achat FNAC ou DécathlonPar email avant le 15/06/21Le jury se réunit la première quinzaine de juillet.
Les amis du musée FlaubertÀ partir de ces quelques indications laissées par Flaubert : "Un homme, employé aux pompes funèbres pendant la journée, le soir est employé dans un théâtre, comme machiniste. Il apporte près des morts les préoccupations théâtrales et vice-versa. Et quelquefois confond ou mêle les idiomes des deux métiers. Il fait rire ses camarades des pompes funèbres et attriste ceux du théâtre".10 000 signes maximum, espaces incluses0€Un buste de Flaubert et/ou des bons d'achat pour des livresPar email avant le 31/07/21Résultat annoncé en novembre / remise des prix le 4 décembre

 

https://editionslalchimiste.com/produit/1-an-plus-tard-monde-dapres/

« Souriez, vous êtes masqués ! » est sortie le 19 mars.

Découvrez ma dernière nouvelle sur le thème « un an plus tard ».

La trouvez-vous…pessimiste, réaliste, cynique…?

10/03/21

https://editionslalchimiste.com/produit/1-an-plus-tard-monde-dapres/

Pour vous remettre de vos émotions négatives après la lecture de « Février 2022 : libération ?« , enchaînez avec « Un nouveau départ« , une micro-nouvelle qui propose une vision utopique du futur. Qu’en pensez-vous ? Aimeriez-vous vivre dans un tel monde ?

De plus, de nouveaux textes sont sortis, toujours dans le cadre de notre réflexion collective autour du thème « Un an plus tard », et toujours GRATUITS !

Ma troisième sortira le 19 mars : sera-t-elle aussi sombre que la première ou bien porteuse d’espoir comme la seconde…?

19/02/21

https://editionslalchimiste.com/produit/1-an-plus-tard-monde-dapres/

Envie de déprimer, de vous casser le moral à coups de mots, de vous enfoncer des paragraphes incisifs tels des poignards dans le cœur ? Lisez « Février 2022 : libération ? », une micro-nouvelle gratuite sur le site de L’Alchimiste.

Vous trouverez également d’autres textes, puisque notre cher éditeur Lionel Cruzille a demandé aux auteurs volontaires de réfléchir au thème « un an plus tard » : comment imagine-t-on la société de demain à partir des crises qu’elle traverse aujourd’hui ?

14/02/21

Voilà ! La relecture et la correction sont achevées ! Pour les curieux, quelques chiffres :

04/02/21

Et voilà ! C’est la fin de mon quatrième roman.

281 pages sur mon ordinateur. 117 559 mots. 646 577 caractères.

La fin d’un travail de longue haleine, la fin d’un gros projet, la fin d’une rédaction quotidienne, mais aussi la fin d’un univers, la fin d’une confortable bulle d’écriture, la fin d’un lien intime avec mes personnages…

J’oscille entre l’exaltation et la désolation, entre l’euphorie et la nostalgie, entre une allégresse à sauter au plafond et une tristesse à toucher le fond !

14/01/21

Une vitrine consacrée à « Vendeurs de rêves » !

  Sur la place du marché, à Villeneuve-sur-Yonne…

Lorsqu’on termine tout juste une phrase de son roman et que l’on voit ceci :

Ah, le mythique cap des 200 pages ! Le mythique cap des 100 000 mots !

Comment ? Vous dîtes ?

« La quantité ne fait pas la qualité. »

Vous avez raison, bien sûr. Cependant… Comment expliquer ce frémissement de la narine gauche lorsque le traitement de texte passe à la page A4 numéro 200 ? Comment expliquer les battements de cœur qui s’accélèrent lorsqu’on aperçoit ce nombre à six chiffres dont cinq sont ronds comme des ballons : 100 000 mots ? Le réflexe un peu stupide peut-être de l’écrivain qui avance de trois, quatre ou cinq pages jour après jour… L’excitation grandissante, proportionnelle à la longueur des nombres indiqués en bas à gauche du traitement de textes…

Sachant que je termine le climax de ce quatrième roman (passage où la tension est à son comble, où le lecteur se demande comment les personnages vont bien pouvoir s’en sortir tellement tout va mal pour eux, d’ailleurs…VONT-ils s’en sortir ?) , à votre avis, combien de pages et de mots comportera-t-il à la fin ?

 

Vendredi 11 décembre 2020 : première participation au Podcast lancé par les éditions L’Alchimiste :

Géométrie du réel : le podcast du studio des éditions L’Alchimiste

On y parle de rêves, de créativité et d’inspiration…

 

 

Le dimanche 12 janvier 2020 au Salon du Livre de Nemours…c’était formidable !

Merci aux organisateurs de m’avoir invitée.

Nemours, 9h30

Oui, oui, j’ai bien conscience que le salon n’ouvrira ses portes  au public  qu’à 10h30 !

Mais il me faut bien une heure pour répondre aux multiples questions que je me pose :

– par quelle porte dois-je entrer ? L’évidence serait d’ouvrir la porte principale mais j’ai aperçu un monsieur avec de gros cartons dans les bras, à la petite porte de derrière, qui donne sur le parking…

-où récupère-t-on les badges ? « Vous voulez quelle couleur ? » ; ah parce qu’en plus nous avons le choix ??? La dame dispose devant nous un badge à collier noir, un autre à collier rose puis nous tend un orange… pour lequel je me décide.

– où est mon stand ? D’ailleurs, est-ce que la table avec les piles de livres s’appelle bien un « stand », dans la terminologie salondulivresque ?

Bref, je suis arrivée tôt.

9h45

Je dispose désormais d’un badge (à collier orange, donc), d’un mignon ballotin de chocolats au coquelicot, d’un bon pour une boisson chaude et d’un bon pour une boisson fraîche (en période de dérèglement climatique, les deux extrêmes thermiques sont anticipées).

L’une des organisatrices me conduit jusqu’à la table qui sera ma place pour la journée : m’y attendent une pile de « Vendeurs de rêves », une bouteille d’eau et un gros ballon jaune à mon nom !

                           

10h

Les livres sont étalés sur la nappe et j’ai disposé quelques cartes de visite à côté.

Je peux maintenant faire le tour des stands (oui, je décide que je peux dire « stand » !).

Et là, catastrophe : j’ai envie de tout acheter ! Je me raisonne rapidement (« Ne commence pas ma vieille : tu as déjà une pile de 6 romans à lire à la maison… ») et retourne à ma place pour éviter d’être tentée…

10h30

Le public arrive ! A partir de là, c’est le Bonheur à l’état pur : les gens arborent tous un air détendu et cordial, vont et viennent dans la salle au gré de leurs envies, saluent un auteur, retournent un livre pour en découvrir la quatrième de couverture, posent des questions, s’emparent d’une carte de visite…

Un monsieur sympathique m’observe depuis un moment, tandis que je bavarde avec une dame : ô surprise! Il s’agit de mon professeur d’histoire-géographie de Terminale, qui s’est rappelé de moi, en découvrant mon nom dans la liste des auteurs conviés ! Il est accompagné par…mon ancienne professeur de Seconde, en Histoire-géographie également. Une agréable rencontre !

Pendant ce temps, les organisateurs sont aux petits soins pour nous : ils viennent proposer d’autres bouteilles d’eau, récupèrent nos gobelets vides pour les jeter, distribuent le ticket qui permettra de manger…

12h15

Je mange au premier service car, oui, nous avons eu le choix ! 12h15 ou 13h. Comme la matinée m’a largement ouvert l’appétit, je me dirige vers le buffet : charcuterie, fromage, taboulé, salade composée, pâtisseries… il y a de tout, et en quantité ! Je déjeune à côté d’un monsieur qui accompagne sa femme, auteur de livres-jeunesse.

Nous échangeons agréablement.

13h

Et on y retourne ! Je m’arrête à la buvette au passage, pour récupérer un café.

Les gens sourient, questionnent, bavardent et c’est chaleureux, vivant, rassurant quant à l’humanité !

17h

C’est déjà fini ! Les auteurs s’en vont progressivement. Je passe voir le gérant de la librairie du Nénuphar (située à Fontainebleau) : les livres restants seront en partie vendus dans sa boutique, en partie retournés à l’éditeur (L’Alchimiste)…pour le prochain salon, j’espère !

Toute ma gratitude à Jean-Claude, Ambre, Catherine, Gérard, Manolita, Monique, Sylvie, Annie, Brigitte, Gilles et tous ceux dont je n’ai pas su le prénom mais qui ont pris le temps de parler avec moi, de lire le résumé de mon roman, ou simplement de me glisser un sourire…

Pour les horaires, le lieu, la liste de tous les auteurs présents et le programme complet, cliquez ci-dessous :

salon du livre dépliant 2020

19 novembre 2019

C’est aujourd’hui que mon « Vendeurs de rêves » sort officiellement. Ô émotion ! J’ai même hésité à écrire « Aujourd’hui, c’est la naissance de Vendeurs de rêves », tant est forte l’impression d’une sortie de tunnel, d’une apparition au grand jour du projet d’une grosse année (neuf mois de « gestation » puis 4 de corrections et mise en forme, grâce au formidable travail de mon éditeur, L’Alchimiste).

             

Maintenant qu’il est disponible sur le site des éditions L’Alchimiste, sur Amazon, la Fnac ou sur commande dans les librairies, il faut l’accompagner sur les chemins, le prendre par la main pour l’emmener vers les lecteurs (il est encore timide…).

Et, bien sûr, s’occuper de « roman numéro 2 », qui est structuré et rédigé : il est désormais entre les mains de l’éditeur qui l’observe, s’assure qu’il est en bonne santé, qu’il va pouvoir sortir à l’air libre dans de bonnes conditions.

Et n’oublions pas « roman numéro 3 », en début de gestation…

Bref, du travail en perspective !

Les projets : état des lieux

 

La sortie de « Vendeurs de rêves » est prévue pour le 19 novembre. Que faire en attendant ?

  1. Le site internet est créé. Le profil Instagram aussi et je fais en sorte de l’alimenter régulièrement.

 

 

2. Je reprends mon premier roman « Testeurs de rêves « et effectue des modifications de fond et de forme. J’attends d’en être pleinement satisfaite avant de l’envoyer à mon éditeur !

 

3. J’avance dans mon recueil de nouvelles animalières : on y croisera  des chats et des chiens, mais aussi des sangliers, des singes,  des canards, des éléphants, des rapaces et même une coccinelle ! 3 nouvelles sont déjà rédigées et 8 sont à l’état de projet.

créer un site quand on est novice en informatique

 

Deux mois avant la publication de « Vendeurs de rêves ».

Mon manuscrit a été accepté : c’est formidable ! La première et la quatrième de couverture sont finalisées et le texte est en cours de correction. Très bien !

De mon côté, j’ai tenté de créer un site:  pendant des heures de perplexité absolue, j’ai découvert la notion d’hébergeurs » (Non, un « hébergeur » n’est pas seulement quelqu’un qui loue une chambre ou un canapé en Airbnb…) , je me suis noyée dans les « login », « plugin », « admin » et perdue parmi les .com, .net et .fr ; j’ai découvert le mot  « favicon » il y a quinze jours. Bref, j’ai finalement réussi à mettre en ligne ce site. Joie.

Mais voilà  que ce matin, je reçois ce conseil obscur : « mettre le lien vers la page de ton livre avec ou sans bouton ». Je relis la phrase deux fois. Trois fois. Voyons…bouton d’acné, bouton de porte, bouton de culotte… Ah ! Informatique :

« Zone d’interface d’un écran, d’un site ou d’un programme qui permet d’interagir avec ces derniers »

C’est tout de suite plus clair. Heureusement, Internet regorge de tutos du type « WordPress pour les Nuls » ou « créer un bouton quand on ne sait même pas ce que c’est ». Merci aux youtubers altruistes. Vous m’avez encore une fois évité de vider le tube de Doliprane.

J’ai donc appris que :

  • un bouton contient une URL (à ce stade, je hurle de rage)
  • pour créer un « bouton », il faut d’abord installer un « plugin » (aaaarggghhh !!! C’est quoi un « plugin » ??? Qu’à cela ne tienne, je tape immédiatement : « comment installer un plugin sur son site »)
  • un plugin est une extension (?)

 

Je vous épargne la suite. Après tout, seul compte le résultat : le fameux bouton a fini par apparaître sur la page d’accueil.

C’est un petit pas pour l’humanité, mais un voyage lunaire pour moi !